1996   Début des travaux de la première tranche, grâce à la mise en place du « Fonds de concours » sous la direction de la DRAC qui accepte la fonction de maître d’ouvrage.

Mise en place d’échafaudage tout autour du monument et à l’intérieur pour faciliter les travaux, mais également pour permettre au maître d’oeuvre et au conducteur d’opération d’examiner et vérifier les parties hautes qui n’avaient pu être auscultées du sol et établir des estimatifs plus complets et ainsi proches de la réalité.

Positionnement dans la haute-cour d’une grue permettant d’atteindre le haut du donjon, soit plus de 40 mètres de haut, grâce à un campo-grue qui permet de passer au-dessus des murailles nord de la forteresse les différents éléments de la grue pour la monter sur l’emplacement des logis.

Coût mensuel de ce dispositif (grue et échafaudage) 25 000 Francs.

La société Jacquet est chargée des travaux de cette tranche qui commence par renforcer les éléments suivants du grand donjon :

  •   remplacement de la partie « voute en surplomb » à l’aide de tirants implantés dans des conduits forés dans l’épaisseur de la voute et ancrés sur une masse de béton logée au sommet du donjon pour servir de contre-poids.

  •   consolidation du sommet avec couverture de la partie restante avec des tuiles « canal » et renforcement des murs (changement de certaines pierres, scellement et jointoiement à la chaux des parements en pierre).

  • consolidation du petit donjon, des murs extérieurs (pierres, ainsi que de la couverture de ce bâtiment), en vu d’utiliser cet édifice pour l’animation prévue au sein de ce château.

  •   consolidation enfin de la tourelle d’escalier, murs extérieurs et intérieurs par le rétablissement de l’escalier de 104 marches, qui renforce et sécurise non seulement cette tour, mais l’ensemble des petit et grand donjons en réalisant un solide entretoisement entre ces deux tours qui avaient tendance à se désolidariser l’une de l’autre.

 

1997  On constate que par suite d’imprévus (en particulier de plus de blocs de pierre que prévu) et du coût des locations grue - échafaudage, les possibilités mise en place dans le Fond de concours vont être atteintes et qu’il faut trouver, soit des économies, soit des compléments de financement.

Un accord trouvé sur quelques économies permet de poursuivre les travaux jusqu’en juillet, mais le 19 août il est convenu d’abandonner le programme prévu et de laisser certaines parties inachevées, en particulier sur les parois de la tour de l’escalier et certains orifices qui seront simplement entretoisés en attendant leur reconstruction.

Le montant définitif de cette tranche s’élève à 3 500 000 Francs, une augmentation de plus de 1 200 000 Francs par rapport aux estimations initiales de 1994.