1998  Devant le non achèvement en particulier de certains travaux de sécurisation, le sous Préfet et la commune décident, pour permettre la visite du site, d’exécuter certains travaux sur les accès et les abords des tours fragilisées afin de limiter les risques d’accidents (chutes de pierres, basculement de deux blocs de pierre suspendus au dessus de l’entrée de l’assommoir, etc…).

Cette tranche de sécurisation se monte à 190 000 Francs que la commune supporte à hauteur de 25%.

 

1999  Visite du nouveau conservateur qui demande la reprise des travaux pour achever la première tranche et procéder au minimum à remise en état de l’intérieur du petit donjon, ainsi que des accès avec la tourelle d’escalier.

Un accord intervient sur la consolidation des remparts, à raison de tranches annuelles de    100 000 Francs environ. Travaux et financement seront réalisés sous la surveillance de l’architecte des bâtiments de France.

Il est convenu également, en 2000, d’établir un nouveau PAT pour démarrer une nouvelle tranche aussitôt que possible, le maire indiquant au conservateur que les ressources financières présentes ne lui permettent pas de programmer une tranche aussi importante de travaux avant quelques années.

 

2000  Le PAT détaillant les travaux de la seconde tranche est envoyé à la commune; il prévoit un programme de travaux estimés à 525 000 Francs HT (soit environ 350 000 Francs).

Le programme semble sur certains points trop luxueux  et devrait être revu pour réduire certaines prestations jugées non nécessaires.

Des sommes importantes sont prévues pour des échafaudages et une grue (prix de 600 000 Francs) qui pourraient être revues à la baisse.

 

2002  La municipalité ayant des travaux à réaliser sur l’ensemble de la commune et compte tenu des ressources financières possibles, décide de prolonger la pause initiée en 2000, d’en informer la DRAC, en précisant cependant qu’elle s’engage à poursuivre les tranches annuelles de consolidation des remparts, à hauteur de 120 000 Francs environ.

 

2004  Devant l’importance des travaux à exécuter pour remettre en état et rénover la mairie qui avait subi un incendie, la commune malgré l’insistance de la DRAC, maintien la pause sur l’exécution des travaux de sauvetage du château et le report de la tranche suivante.

Continuant cependant ses travaux sur les remparts et en particulier sur la basse-cour, la commune décide de consacrer la tranche annuelle à la rénovation et à la remise en état de la maison dite du « gardien ». Travaux qui seront poursuivis jusqu’en 2005.